Québec – Le chef du Parti Libéral, accompagné de tous les députés de son parti, vient d’annoncer son intention de demander un accommodement raisonnable au gouvernement.

«Au nom de la tolérance et du respect de notre culture, on exige que le gouvernement cesse immédiatement toutes les procédures judiciaires à l’endroit des membres du PLQ coupables de fraudes et de corruptions» a déclaré Philippe Couillard.

Dès cette annonce, tous les journalistes présents – spécialement ceux de La Presse – ont applaudi durant de longues minutes afin de féliciter Couillard pour cette idée. Un seul journaliste – du Devoir - osa poser une question et demanda si cela ne risquait pas de «projeter une image négative des politiciens». Aussitôt, Christine St-Pierre explosa de rage. «De quoi tu t’mêle, toi, espèce de p’tite merde!?! Ah pis mange d’la marde esti d’cave!» a-t-elle crié en lançant son verre d’eau au visage du journaliste en question.

Une fois le calme revenu, Philippe Couillard a poursuivi son point de presse en déclarant que son parti était «victime d’un acharnement ostentatoire» de la part du ministre de la Justice.

«Vous savez, la corruption, c’est un peu une sorte de religion chez nous. On en fait depuis toujours et on pense que le gouvernement devrait respecter les traditions et les valeurs libérales […] L’acharnement de l’UPAC à notre endroit est digne d’une véritable chasse aux sorcières» affirme Philippe Couillard.

Pour sa part, le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, a déclaré qu’il étudierait cette demande, qu’il respectait les croyances religieuses du PLQ et que non, il n’est pas le frère jumeau de Bernard Drainville.